Les Hommes, le sexe fort ?

Les Hommes, le sexe fort ?

Dans son ouvrage Les Hommes, le sexe fort ? sous titré Un cerveau bien particulier…, le professeur Gerald Hüther déconstruit le mythe qui voudrait que la différence entre les hommes et les femmes provienne de leur patrimoine génétique, de leur genre sexuel ou de leur construction cérébrale spécifique. De même que les rôles sociaux soient confirmés, voire conformés, par leur différence physiologique. Pourtant, s’il est difficile voire abusif de réduire l’humanité à deux catégories clairement distinctes, force est de constater qu’hommes et femmes sont effectivement différents.

Dans cet ouvrage publié aux éditions Le Souffle d’or, on apprendra non sans étonnement que les garçons viennent au monde plus faibles, avec un plus grand besoin de lien, de protection et de sécurité. De là à demander que notre ministre de l’Intérieur soit, sur-le-champ, remplacé par une femme…

« Le théâtre est fermé, celui où les hommes depuis les temps immémoriaux, ont interprété tous les rôles possibles mais principalement ceux de guerriers, de détenteurs du pouvoir et des droits. Sans le vouloir, nous sommes arrivés à un stade où il n’est plus question pour les hommes d’endosser un rôle d’homme. Désormais, il s’agit seulement d’être un homme authentique. »

Alors, puisque le cerveau est plastique et qu’il n’a de cesse d’évoluer tout au long d’une vie, on peut imaginer volontiers que chaque homme interroge son rapport au rôle qu’il a décidé de jouer dans sa vie et qu’il devienne le chef de son propre chantier, tentant, régulièrement, d’agrandir son potentiel et de fleurir son balcon.

Dans les pages de cet ouvrage de vulgarisation fort accessible, Gerald Hüther n’hésite pas à remettre en question le dogme scientifique et la croyance aveugle dans les résultats de la recherche, nécessairement orientée.

Dans sa postface, l’auteur précise : « Plus que pour les femmes, je crains que le contenu de ce livre soit très difficile à digérer pour les représentants du sexe masculin. En tout cas pour certains. Ils auront du mal à se faire à l’idée que ce n’est pas leur organe génital qui fait d’eux des hommes et les distingue en tant qu’hommes. Certains représentants du sexe masculin connus du grand public et présents dans les médias devront se demander à quel niveau de la transformation ils sont restés bloqués, et ce pour des raisons qu’eux seuls peuvent découvrir. »

Un livre nécessaire.

Une réaction au sujet de « Les Hommes, le sexe fort ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *