Celle que vous croyez

Celle que vous croyez

Celle que vous croyez est un film de Safy Nebbou adapté du roman de Camille Laurens paru sous le même titre. Claire Millaud — Juliette Binoche — enseigne la littérature à l’université. Elle approche de la cinquantaine, vit seule, divorcée d’un mari parti avec une bien plus jeune. Ses deux garçons sont en garde alternée. Elle fréquente un amant jeune et goujat qui la malmène. Alors qu’elle tente de le joindre un soir, c’est Alex, le colocataire, qui répond au…

Lire la suite Lire la suite

Sorry to bother you

Sorry to bother you

Voilà un moment que je n’avais pas vu un film aussi déjanté, caustique, critique, tonique. Cela fait beaucoup pour un seul, mais c’est vraiment ce que j’ai ressenti pendant la projection de Sorry to Bother You, de Boots Riley, à l’American Cosmograph de Toulouse. Du Spike Lee des jeunes années à la sauce Gondry, tout comme ! Le film s’ouvre sur une scène de chambre, dans laquelle deux amants, Cassius Green (Cash) — Lakieth Stanfield — et Detroit — Tessa…

Lire la suite Lire la suite

Conseil, formation

Conseil, formation

Contexte L’accélération de la circulation de l’information corrélée au développement des outils numériques perturbe les usages. Dans une époque saturée de données informationnelles, il importe de redonner du sens au mot « communiquer ». La communication est au cœur d’un mouvement de transformation systémique, qui impacte les échanges en interne et en externe, notamment les relations hiérarchiques et d’encadrement, tout comme la relation client. Offre Écritologue, je vous accompagne à questionner vos pratiques pour y apporter des réponses concrètes : Comment communiquer…

Lire la suite Lire la suite

Viol. Une histoire d’amour

Viol. Une histoire d’amour

En 2003, Joyce Carol Oates publie Rape. A love story aux États-Unis. Le roman est traduit par Claude Seban et paraît en 2006 en France aux éditions Philippe Rey. C’est également en 2003 que paraît Trauma, mon premier roman, sur le sujet similaire de la violence sexuelle qui fracasse les vies quand des hommes s’arrogent le droit d’importuner des femmes. Quand ils croient avoir le droit de se « servir ». Dans Viol. Une histoire d’amour, l’auteure pose le ton…

Lire la suite Lire la suite

Lettre à une petiote sur l’abominable histoire de la bouffe industrielle

Lettre à une petiote sur l’abominable histoire de la bouffe industrielle

Après sa Lettre à un paysan sur le merdier qu’est devenue l’agriculture, Fabrice Nicolino s’adresse à sa petiote pour lui expliquer le monstre qu’est devenue l’industrie agroalimentaire. Raréfaction des espèces végétales dans la nourriture humaine — de 30 000 espèces comestibles recensées, 12 seulement assurent la base des repas des ¾ de la population planétaire. Violence des multinationales du crime chimique de guerre — gaz sarin, agent orange… — reconverties en fournisseuses planétaires de pesticides dont elles savent la toxicité….

Lire la suite Lire la suite

Allumer le feu

Allumer le feu

— Fiction du réel — Elle n’en peut plus. Du tout. Elle n’en peut plus du tout. Les ennuis ont commencé il y a quelques semaines, non, quelques mois maintenant, il lui faut bien l’admettre. Elle l’a senti venir ce tournant. Elle l’a senti venir mais elle a cru que l’orage passerait, celui-ci comme les précédents. Une affaire de patience et de temps. Une affaire qu’elle essaierait de maîtriser autant que faire se peut. C’est ce qu’elle s’était dit quand…

Lire la suite Lire la suite

Le Semeur

Le Semeur

Le Semeur est le premier long métrage de Marine Francen, inspiré du roman de Violette Ailhaud — qui cacherait sans doute le nom d’une autre auteure, un pseudonyme donc, si l’on en croit Slate. En 1852, un village cévenol est vidé de ses hommes par les troupes napoléoniennes. Après le coup d’État qui a sonné la fin de la Deuxième République, l’empereur Napoléon III fait emprisonner les Républicains du territoire. Demeurées seules, les femmes s’organisent pour subvenir à leurs besoins….

Lire la suite Lire la suite

Dans la forêt

Dans la forêt

Dans la forêt est le premier roman de l’Américaine Jean Hegland. Le texte est publié aux États-Unis en 1996 et rencontre le succès, il est adapté au cinéma. Il faudra pourtant attendre 20 ans pour une publication française aux excellentes éditions Gallmeister, dans la traduction de Josette Chicheportiche. Sans jamais la nommer, le roman évoque la fin d’un monde. Comment faire quand plus rien ne fonctionne comme avant ? Comment se nourrir, assurer son hygiène ? Comment passer l’hiver et préparer l’été ?…

Lire la suite Lire la suite