Barrage de Sivens, lettre ouverte

Barrage de Sivens, lettre ouverte

Lettre ouverte à Thierry Carcenac, président du conseil général du Tarn

Monsieur le Président,

Un projet de barrage d’irrigation tente de s’implanter en force. Il concerne la zone humide du Testet, un lieu précieux pour l’écologie, pour la préservation des espèces, tant animales que végétales, et leur reproduction. Un lieu précieux pour qui aime à randonner dans un territoire verdoyant, auparavant réputé pour sa sérénité.

Depuis des mois, des citoyens disent les erreurs manifestes réalisées lors de l’étude de terrain et de faisabilité. Ils suivent les moyens légaux et juridiques pour se faire entendre et aviser les instances publiques, dont le conseil général, de solutions en phase avec l’Agenda 21, la nécessaire transition énergétique — qui tarde désespérément à se mettre en place dans notre pays, tout occupé à préserver un modèle devenu caduc.

Depuis quelques jours, mon fils a rejoint la zone à défendre ou ZAD. Il aura 19 ans dans quelques jours. Avec d’autres jeunes et d’autres plus avancés dans la vie, il se mobilise pour ses convictions. Il s’engage sur le terrain pour protéger une nature qui n’a que les humains pour veiller sur elle ou, au contraire, la dévaster. Il se lie à d’autres résistants parce que le sentiment d’injustice associé à ce projet de barrage le laisse par trop intranquille, insatisfait, et qu’il se sent suffisamment juste pour être entendu dans ses revendications.

Monsieur le Président, si mon fils s’invite dans cette action, c’est parce que vous demeurez sourd aux appels citoyens pacifistes. Parce que vous faites le choix archaïque d’un passage en force en lieu et place de la discussion, de l’échange constructif et de la concertation — une solution par laquelle la démocratie locale se trouverait pourtant grandie. Si mon fils s’engage, monsieur le Président, c’est également pour dénoncer des manipulations de dossiers qui vont dans le sens contraire de la transmission d’une information claire et précise, sur un sujet très coûteux qui engagera vos concitoyens pour le restant de leurs jours imposables.

Si ce jeune milite aujourd’hui, c’est parce qu’une décision inique frappe son territoire et qu’il forme le vœu de vivre dans un pays où la liberté d’opinion n’a d’égale que celle de se battre pour ses convictions. Car c’est ainsi, monsieur le Président, à travers l’histoire de notre pays, que la société française a pu évoluer : grâce au combat de citoyens qui ont dénoncé l’injustice et se sont battus pour faire triompher le droit. Nous ne vivons pas dans le territoire de Jaurès pour rien !

Monsieur le Président, cette jeunesse à laquelle vous tentez de donner la leçon en faisant sonner la garde, les Zadistes tous réunis, ces humains-là savent que l’avenir passe par l’écologie, par le respect de la nature et l’abandon d’un modèle agricole qui nous tue à petit feu, de par son utilisation massive d’intrants polluants, et sa soif incommensurable d’eau.

Cette jeunesse qui milite sait aussi, monsieur le Président, que l’avenir est à la paix, celle des consciences d’abord — et je pense à la leur, luttant pour pouvoir se regarder dans le miroir sans sourciller. Elle sait que l’avenir est à la transition énergétique, et à la réinvention d’une démocratie trop souvent fatiguée par l’affairisme et les intérêts non républicains qui se jouent en sourdine, dans le pays, lors de bien des projets d’aménagement du territoire.

Sachez, monsieur le Président, que je soutiens pleinement mon fils et les résistants de Sivens. Je partage leur combat et crains pour eux chaque jour, chaque nuit, chaque matin quand le jour se lève et que les affrontements reprennent. Au lieu de redoubler d’efforts pour les évincer brutalement et au plus vite, nous devons toutes et tous être fières d’eux qui tiennent bon, malgré toute l’ingratitude de leurs conditions de vie, là-bas.

Monsieur le Président, quand, dans une démocratie, les forces de l’ordre interviennent en lieu et place du dialogue, quels mots nous reste-t-il pour qualifier un tel régime, l’époque et ses manières ? Pour ma part, je n’en possède plus aucun en lien avec le respect dû par un élu à ses concitoyens.

Dans la démocratie, la souveraineté appartient au peuple. Et c’est ce peuple, monsieur le Président, qui vous envoie un message fort pour vous dire les erreurs et leur danger pour un territoire fragile, au Testet. Nous pouvons toutes et tous être fières de ces sonneurs d’alerte qui viennent nous dessiller et nous dire la réalité de la Terre.

Puissiez-vous, monsieur le Président, enfin les reconnaître comme tels et entendre leur propos.

Cordialement,

Hélène Duffau

Une réaction au sujet de « Barrage de Sivens, lettre ouverte »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *