À travers les mondes

À travers les mondes

Ceux qui viennent d’ailleurs
Chevauchent la mer
Quand ils n’ont plus de terre

Quittant une vie d’infortune et de barbarie
Ils paient au prix fort leur droit à exister

Sous le poids des armes, de la menace, de la violence
Des trafiquants d’humanité acculée
Les pressent dans des rafiots surpeuplés
Poussés au large qu’importent les conditions

Ceux qui viennent d’ailleurs
Leurs poches délestées et le cœur gros d’espoir
Traversent dans la nuit, le temps mauvais d’hiver, le soleil du plein jour

Parmi eux, ceux qui cessent de vivre en pleine échappée
Trouveront un dernier refuge dans les eaux internationales
Pourquoi s’accrocheraient-ils à cet ailleurs idéalisé quand, ils le savent bien,
Au fond, la terre promise demeure loin de tout horizon ?
Apatrides basculant dans les profondeurs de l’oubli

D’autres aux sourires dents de lait
Sont mangés par l’effroi
Ce que les corps des aînés transpirent et qu’ils ne nomment pas
S’infiltre dans leur territoire intime
Ressac au dedans, tempête sans mots, blessure béante

L’une accouchera
Au milieu de ces eaux qui semblent sans limite
Et la violence de la vie naissante
Embarquera les visages vers un rivage de joie

Comment est-ce possible se diront-ils ?
Comment l’injustice du monde saisira-t-elle celui-ci
Risquant déjà sa vie à peine éclos
Brassé par les flots vers un territoire dans lequel personne ne voudra lui faire une place
Pas même la plus petite
Pour l’aider à grandir, à refermer les plaies que la vie lui a faites
Et l’encourager à advenir

Ceux qui viennent d’ailleurs
Chevauchent la mer
Quand ils n’ont plus de terre
Ils emportent leur drame en guise de bagage
Comptant sur notre humanité pour les en délester.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.