Archives de
Catégorie : Carnets

Smartphone aux alouettes

Smartphone aux alouettes

— Nouvelle — Devant elle, un couple plein profil dans la perspective de la salle de restaurant. Elle agence les coussins en guise de dossier sur la banquette et s’installe. Ouvre la carte. Se rend aux verres de vin d’emblée, et parcourt le contenu sobre et simple du menu du soir. D’un œil discret, elle observe en parallèle les jeunes gens. Intriguée par ce qu’elle ne saisit pas encore d’eux. Ce soir, elle évitera les plats copieux, les pommes de…

Lire la suite Lire la suite

Un vieil homme et deux chiennes

Un vieil homme et deux chiennes

Le vent souffle sur sa promenade. Elle jubile. En forêt, particulièrement en forêt de résineux, le vent chante comme l’océan en bord de plage. Yeux fermés elle pourrait sentir l’iode. Essuyer ses lunettes de soleil ensuite pour y détacher ce film gras que le souffle de mer n’a de cesse de distiller. Elle inspire. Expire. Accompagne sa marche de large mouvements d’épaule. Tendues les épaules. Comme le reste d’elle d’ailleurs. Elle a beau s’assouplir dès le réveil avec une salutation…

Lire la suite Lire la suite

Opter pour le baume

Opter pour le baume

— nouvelle — Fin de semaine. Lassitude. Sentiment qu’elle use les rames pour tenter en vain d’avancer. Reculades. Échecs. Essais infructueux. Sentiment de l’injustice qui la tend depuis l’enfance. Née du mauvais côté comme une excuse aux jours de fond du puits. Les jours où elle se demande à quoi bon tenir encore. Résister. Avancer un peu plus. Une fois encore. Les jours où la vitesse d’un train la fascine quand elle imagine son passage sur son corps. Et l’énergie…

Lire la suite Lire la suite

Écouter le bruit de la cuillère à soupe sur ses dents

Écouter le bruit de la cuillère à soupe sur ses dents

— nouvelle — Silence. Tout comme. Pas un bruit dans la maison. Au dehors, quelques portières ou passages de voitures, intermittents. Elle est seule. Ni radio ni télé. Pas de musique d’ambiance. Silence. Ça l’inquièterait presque cette envie que elle a eue, soudain, d’être au calme. Envie d’aimer être seule. Envie d’être bien en sa compagnie. Envie qu’on lui fiche la paix et elle est seule pour cela. Envie de rompre le silence à sa guise, sans parole fortuite ou…

Lire la suite Lire la suite

Se réveiller avec Billie Jean

Se réveiller avec Billie Jean

— nouvelle — Rythme binaire dans le pied droit, elle change de position dans son lit et ouvre un œil. Nuit noire dans la chambre dont les volets sont demeurés ouverts. Elle se pelotonne sur le côté gauche, position fœtale, et tente de rappeler le sommeil pour un nouveau cycle. Étirement. Ouh, ouh ! Ouh, ouh ! Le rythme reprend son pied et l’air monte dans son corps. Elle entend les chœurs. La ligne de basse et le tempo reconnaissables…

Lire la suite Lire la suite

Rupture à l’étalage

Rupture à l’étalage

— nouvelle — Ils se tiennent face-à-face dans la rue en pente. De dos, elle penche. Jambes décalées, torse tordu, tête inclinée. Sous sa jupe à fleurs orange, sa peau bronzée tachée de grandes plaques chair. Dalmatienne. Sandales plates assortie, blouse blanche vaporeuse, sac de plage en paille à l’épaule. Il se raidit. Léger déhanché qui dit l’agacement. Short en jean, tee-shirt clair, tennis et socquettes blanches. Il pourrait avoir de l’allure en casquette. Elle s’agite. Semble négocier. Le vent…

Lire la suite Lire la suite

Pour Rémi

Pour Rémi

Dans la nuit du 19 au 20 octobre 2015, la Pelle mécanique a installé une sculpture dans la vallée du Tescou, à Sivens, sur le sol damé où Rémi Fraisse a trouvé la mort sous les grenades policières, dans la nuit du 25 au 26 octobre 2014. Une main géante taillée en pierre de Castries s’ouvre sur des roues de charrette en bois serties d’acier. « Nous humains, enfants de la Terre, continuons le combat pour la vie » est gravé au…

Lire la suite Lire la suite

Air du temps

Air du temps

— nouvelle — Elle quitte le train régional climatisé et pousse sa bicyclette sur le quai. La gare est parée d’un amoncellement d’échafaudages qui lui donnent un air étrange. Aucune rampe pour rejoindre le hall, elle tente l’ascenseur. Une chance, ce quai dispose d’une cabine. Sur les cinq que compte la gare, deux seulement sont accessibles en fauteuil ou pour le transport de vélo. Elle abat le guidon et la roue avant afin que la porte se referme. L’ascenseur descend,…

Lire la suite Lire la suite

Soleil couchant #2

Soleil couchant #2

Épisode précédent à lire ici : Soleil couchant #1. (…) La lumière ambrée du ciel avait gagné la salle du restaurant. Lui donnait un visage magnifique. Elle lui avait dit cet éclairage naturel vous va à merveille. Elle avait aimé son culot, son bon goût aussi. Cette douce chaleur qui montait de son ventre et distillait en elle le parfum du désir. Elle avait pensé à l’amour. S’était demandé comment il était encore possible d’aimer dans ce monde brutal, mercantile…

Lire la suite Lire la suite