#Défi d’écriture : le partage !

#Défi d’écriture : le partage !

Bienvenue ! regardez bien la barre ci-dessous, tout y est !

Vous devez vous identifier pour créer des messages et des sujets.

Wertigow

Bonjour, je suis Georgette Clown.

Oui, j’ai rendez-vous. Je suis venue de Wallonie exprès pour participer à cette expérience. On m’a dit que c’était bien payé, et comme votre annonce précisait que les funambules n’étaient pas acceptés, je me suis dit, pas de funambules, d’accord, alors pourquoi pas une Georgette Clown ? Alors voilà j’ai appelé, et on m’a dit de venir. C’est par là ? Salle d’exploration des vertiges. Avant d’entrer, merci de vous munir du dictaphone situé dans ce panier, afin d’y enregistrer le compte-rendu détaillé de votre expérience vertiginale. Comment ça s’allume, ce machin ? Ah, voilà.

J’entre. Il y a un canapé, un guéridon avec un verre d’eau et une petite pilule rose. Je m’assieds sur le canapé, j’avale la pilule...

...

Allongée sur mon Qawwali de plumes d’ours, je regarde en contrebas un beau troupeau de Qymymyzydybzyh chantants qui cabriolent. Ils tournent en spirales montantes et descendantes. Le plus bleu d’entre eux a des ailes chauves toutes déchirées. Il monte au-dessus de moi pour m’élixir de ses griffes acérola, ce qui me plonge dans un ouragan de peau rougeâtre. Magma vésuvien en fusion, acquisition de nouveaux réflexes de survie totémique. Je sors du tunnel, mes yeux tremblent en sentant des effluves diluviens de rosée éolienne.

Je me cachette derrière un paravent de sable mouvant. Je grave les falaises à brûle-pourpoint, je rewrite, rewrite, rewrite, sans cesse le même message pour les goélands d’en dessous, jusqu’à ce qu’enfin ils comprennent et remettent la muraille à l’endroit, dans le bon sens de l’humour.

Les Lilliputiens nains accourent à dos de puce, ils me saoulent de leur sabir swahili. Je m’enroule dans un escalator volant, jusqu’à la gare de triage. Là, un rickshaw m’attend sur le trottoir, il m’emporte jusqu’à la sortie des artistes. Le chauffeur me donne une enveloppe à cadran. Dedans, une pilule. Je ferme la coulisse avec un trombone, j’avale la pilule purpurine...

...

et me retrouve derechef sur le canapé du centre d’exploration des vertiges.