#Défi d’écriture : le partage !

#Défi d’écriture : le partage !

Bienvenue ! regardez bien la barre ci-dessous, tout y est !

Vous devez vous identifier pour créer des messages et des sujets.

une petite bière ?

Paul s’impatiente. Elle aurait déjà dû arriver depuis une bonne demie heure. Il en a assez de voir sauter le petit chat des fauteuils au canapé, ou glisser sur le parquet, ou encore de le voir se cacher sous les tapis, en semblant le narguer. Est-ce le vent du nord qui l’énerve ? « Je ne vais pas me prendre la tête pour ce chat, tout de même » se dit-il.

« Si au moins j’avais pris Vingt et une Heures, que je suis en train de lire, je ne serais pas forcé de me taper ces lettres de Madame de Sévigné qui m’ennuient grave. Je vais essayer Télérama. »

«  Et pourvu que Clotilde ne se réveille pas ! C’est peut-être ça qui énerve le chat, qu’elle dorme alors qu’il veut jouer. »

Et Alice qui n’arrive pas. Elle doit apporter la piperade qu’elle a cuisinée ce matin.

« Zut ! Les mots croisés sont déjà faits. C’est qui ce Renault Machin-Truc ? Un philosophe ? Tu parles, il a le charisme d’une bouteille de Faugères ! D’ailleurs, en parlant de pinard, si je me prenais une petit bière. Yvonne en a toujours en réserve. »

Il s’extrait péniblement du fauteuil, manque de marcher sur le chat, glisse sur le parquet, se rattrape de justesse à la table.

« Ah, chouette, une Paulaner bien fraîche, ça va me faire du bien. Il faut que je me calme. »

Il se force à lire cet article : le philosophe revient sur cette vieille affaire de virus que tout le monde a oubliée. Il reprend les statistiques des divorces et des séparations qui ont explosé pendant l’épidémie. La France a plutôt mieux résisté que les pays nordiques, explique-t-il, alors qu’en Scandinavie les gens ont l’habitude de vivre confinés pendant les longs mois d’hiver. Il n’a pas d’explication à cela. C’est bien la peine d’être philosophe !

« Un peu décevant, pense Paul. »

Il entent du bruit sur le palier.

Enfin, voilà Alice !

« Ne fais pas de bruit, Clotilde dort encore. J’attendais de nettoyer la passoire dans l’évier pour ne pas la réveiller. »

« J’adore la voir dormir. Elle est toute mignonne sous son petit édredon en plume. Elle a été sage ? »

« Oui, mais ce chat m’a énervé. »

« Viens, dit-elle, en le prenant dans ses bras, profites-en, ce n’est pas tous les jours que tu peux t’occuper d’elle. »