#Défi d’écriture : le partage !

#Défi d’écriture : le partage !

Bienvenue ! regardez bien la barre ci-dessous, tout y est !

Vous devez vous identifier pour créer des messages et des sujets.

Un gigot ?

Alice se lève plus tôt que d’habitude, ce matin. Elle est gaie. Ses claquettes sonnent joyeusement sur le carrelage. Elle pose ses mains sur ses épaules. Il lit le Monde Diplomatique en buvant son troisième café. Il lui dit : « Tu as juste à faire chauffer l’eau, j’ai rempli la bouilloire pour le thé. J’ai aussi sorti du fromage, et j’ai mis le pain dans le grille-pain. Je suis déjà sorti pour ouvrir le poulailler ». Paul est heureux ici, avec elle. La maison est devenue accueillante. Ils l’ont décorée à leur image : quelques photos de voyage, une douzaine de tableaux. Ils s’étaient partagé les murs : lui le mur de droite, elle le mur jaune, côté jardin. L’ensemble est harmonieux, bien que leurs goûts ne soient pas toujours les mêmes. Une vue d’Amsterdam fait face à une reproduction de Vermeer, une série sur les arbres à une scène de plage.

- Qu’est ce que tu vas faire aujourd’hui ? Demande soudain Paul.

- Je vais ranger le grand bazar, là, dit-elle en montrant le long placard bas aux portes coulissantes. J’y ai vu traîner les œufs de Pâques qu’avaient peints ma mère, et des lapins en chocolat, ils doivent être immangeables.

- Après, on ira faire les courses ?

- Tu sais bien que je n’aime pas ça. Tu ne veux pas y aller seul ?

- Si, mais on prépare la liste ensemble alors. Tu notes ? Il me manque un gros tournevis, j’ai tordu le vieux.

- Tu nous prépares des haricots pour demain ? Pierre et Marie viennent pour le dîner. Ils resteront dormir.

- Alors, il me faut des oignons, de l’ail, des carottes, il y a du persil au jardin. Et un petit gigot.

- Mais non, dit Alice, tu sais bien qu’ils sont végétariens.

- Je raye, alors. Il faudra beaucoup d’ail et d’oignons pour donner du goût, et un bouillon de légumes.

- Tu prends aussi du fromage et du pain ? Un camembert ?

Le regard d’Alice se voile un instant quand elle le voit partir dans le Kangoo jaune : c’est déjà l’automne. Dimanche ils rentreront à Paris pour un mois ou deux. Leur refuge contre la folie des hommes leur manquera.