#Défi d’écriture : le partage !

#Défi d’écriture : le partage !

Bienvenue ! regardez bien la barre ci-dessous, tout y est !

Vous devez vous identifier pour créer des messages et des sujets.

Sororité

Comment rêver meilleure collaboration ?

Palia, une jeune gothico-punk rasée de près (ou de loin, ça dépendait de son humeur), avec des clous partout. Malka, une coquette retraitée de la gendarmerie nationale, devenue militante antimilitariste. Kloona, une star du porno, reconvertie dans la broderie d’insultes au point de croix.

Leur rencontre, qui avait tous les signes extérieurs d’une coïncidence, avait été précipitée par le black-out. Juste une illusion de hasard.

Malka nourrissait, d’un pain au laxatif, les pigeons qu’elle avait dressés pour qu’ils chient sur la statue belliqueuse du maréchal qui régnait sur le béton de la place. Palia roupillait copieusement, en chien de fusil, sur sa couverture molletonnée écarlate, entourée de ses trois redoutables chihuahuas femelles : une rose, une verte, une bleue, qui montaient fièrement la garde. Quant à Kloona, elle rentrait chez elle, après avoir passé l’après-midi à enseigner avec constance à de jeunes pensionnaires du couvent Sainte-Gertrude comment broder « Mon cul » sur la commode naperonnée de leurs cellules.

Toutes trois se trouvaient devant la Banque Centrale Transnationale lorsqu’un orage soudain, démoniaque, cataclysmique, se mit à carabiner la place, ne laissant d’autre choix aux trois femmes, et aux trois chiennes, que de se mettre à l’abri. Elles se précipitèrent dans les portes tournantes du hall de la banque, où elles s’arrêtèrent quelques secondes, muettes d’admiration devant la décoration du tambour, chargé de licornes sculptées, dorées, exquises et parfumées. Puis ce fut le noir complet. Un coup de tonnerre plus fort que les autres coupa l’électricité. Coincées au milieu du sas cylindrique, les trois femmes se concertèrent, prêtes à en découdre pour sortir de là. Les chiennes se lâchèrent sur les parois surblindées, à s’en faire saigner les gencives, avant de battre piteusement en retraite, la queue entre les jambes. Il fallut se résoudre à passer la nuit dans cette bulle improbable. Elles s’allongèrent sur la grande couverture de Palia, allumèrent les bougies noires que celle-ci gardait toujours dans son blouson. Malka fit tourner un joint à la menthe poivrée. Elles se racontèrent leurs vies, leurs désirs, leurs colères, leurs frustrations. Guidées par la fière Kloona, elles brodèrent un pacte sur la couverture, nouveau symbole de leur complicité. « Ovaires et contre tout » serait leur cri de ralliement. Ce fut avec un grand sentiment de contentement et de sens du devoir accompli qu’elles s’endormirent au petit matin, après avoir concocté le plan génial qui leur permettrait, quelques jours plus tard, de faire sauter la banque, plongeant le monde dans une anarchie joyeuse et définitive.