#Défi d’écriture : le partage !

#Défi d’écriture : le partage !

Bienvenue ! regardez bien la barre ci-dessous, tout y est !

Vous devez vous identifier pour créer des messages et des sujets.

Ordalie

Hérésie.

Péché d’hérésie.

Suprême péché d’hérésie.

Tu as commis le suprême péché d’hérésie.

Tu as bu à la coupe de l’infamie, il te faut la boire jusqu’à la lie.

Pars.

Ne te retourne pas.

L’impact des sabots de ta jument dans la poussière servira de preuve.

Tu ne peux plus rester parmi les tiens.

Ta maison sera brûlée pour servir d’exemple.

Assainir le corps social.

Les encensoirs répandront jour et nuit leur parfum purificateur, pour effacer toute trace de ton acte putride.

Pars, et ne reviens jamais.

 

Elle cavalait, les dents serrées sur le bandeau qu’on avait placé sur sa bouche pour étouffer ses cris. Les mains crispées sur les rênes, elle regardait l’horizon de cendre. Elle ne jeta pas un regard sur les femmes qui l’observaient, autour du chadouf. L’ombre immense, péremptoire, projetée par le bras du puits sur les pierres acérées de la route, pesait sur elle, et réveilla sur son cou la colère d’un autre bras, celui qui avait mené l’ordalie.

 

Elle avait flotté dans le bain d’eau glacée. La plaie laissée par le fer rouge sur son cou n’avait pas cicatrisé après trois jours. Preuves irrévocables de son athéisme. Elle avait échappé à la crucifixion en acceptant l’exil. Les prêtres avaient scellé le jugement par leur chant polyphonique.

 

Le soleil enflamma soudain l’horizon.

A travers les larmes qui lui brouillaient les yeux, elle reçut cet embrasement comme un sursis, un cadeau qu’elle n’attendait plus.

Elle revit les saintes de pierre martyrisées, à genoux sur l’épistyle du temple de son enfance.

Dans un ultime effort, elle se redressa sur sa selle, arracha le bandeau de sa bouche, emplit ses poumons de la tendresse du soir.

Pour la première fois depuis des années, elle ressentit une étrange plénitude.

Elle était en vie.

Elle était seule.

Elle était...

Libre.

 

Bonjour Petit poison (Pauline),

J'adore ce texte, sa fougue, et puis son pansement final, c'est très bien amené, oui libre, enfin,

l'écriture permet ça

Bonne fin de journée

Magali

 

Merci Magali, ça me touche beaucoup !

Belles journées à vous/toi aussi,

Pauline