#Défi d’écriture : le partage !

#Défi d’écriture : le partage !

Bienvenue ! regardez bien la barre ci-dessous, tout y est !

Vous devez vous identifier pour créer des messages et des sujets.

Le Jardin sur les Toits

Manon jardine sur le toit terrasse d’un grand immeuble dans le 11ème. Elle fait partie d’une association qui a eu l’autorisation de créer un jardin sur les toits de Paris. Il ne fait pas très chaud ce samedi matin. Elle a bien fait de prendre ce vieil anorak. Elle étale du compost sur les carrés potagers, c’est sa mission du jour. Ils y planteront des tomates au printemps. Elle devait retrouver Paul, mais il tarde à venir. Il doit encore paresser au lit avec Alice, se dit-elle. Elle n’est pas jalouse, quoi que… Mais elle sait que Paul est joueur. Elle ne lui a jamais rien dit, ni laissé paraître. Il ne voit qu’Alice. Elle chasse vite ces idées et continue son travail. Cette histoire de jardin sur les toits est toute une aventure pour elle qui n’avait jamais mis les mains dans la terre. Pourtant, ça a été comme un big bang dans sa vie : découvrir la permaculture enseignée par Paul était une révélation. Ses phrases étaient limpides. Il parlait avec une joie non dissimulée de ses réalisations là-haut dans la montagne. Quand elle posait des questions, il répondait parfois clairement, parfois il la rabrouait. C’est vrai qu’il est un peu casse-bonbon, se disait-elle, quand elle sentait une bouffée d’émotion monter. Il faut vraiment que je me détache de lui. Un fois le compost étalé, elle s’attaque également au repiquage des poireaux. Il lui avait dit : les poireaux, tu coupes un bon tiers des feuilles avant de les planter. Elle se lance, c’est la première fois qu’elle en plante. Elle est heureuse de participer à cette aventure. Elle s’y est lancée un peu pour conjurer le sort : elle venait de perdre son boulot après le corona, comme des millions d’autres. Il lui fallait un projet. Et puis, c’est devenu possible avec le revenu universel qu’ils avaient enfin mis en place. Certes, il fallait donner des heures de travail à la collectivité, mais on pouvait choisir, et elle avait choisi Des Jardins sur les Toits. Elle se dit : c’est fou comme on a le temps de penser quand on jardine ! À dix heures Paul arrive en doudoune kaki. Il lui sourit : tu as bien bossé, bravo. Elle aime toujours quand il la félicite. Elle se rembrunit quand elle aperçoit le visage d’Alice. Elle dit : « Excuse nous, on était en train de préparer notre voyage en Ouzbékistan ! »