#Défi d’écriture : le partage !

#Défi d’écriture : le partage !

Bienvenue ! regardez bien la barre ci-dessous, tout y est !

Vous devez vous identifier pour créer des messages et des sujets.

Jardin secret

J’entends les oiseaux, mes yeux ne les perçoivent que de façon liminaire. Je suis sortie pour éviter de me faire houspiller par mon patron une fois de plus. Je n’en peux plus de cette barrique avinée, et j’ai bien mérité la bouteille de vodka, fauchée en douce au bar, planquée dans mon tablier, avant de sortir et de grimper par-dessus la palissade. J’atterris dans le jardin de la voisine, celle qu’on appelle « la Baronne », parce qu’elle est pleine aux as. On ne la voit jamais, elle a un jardin énorme dont personne ne s’occupe. Ce jardin, c’est devenu mon territoire. Je m’assois dans l’herbe, sous mon acacia. Je savoure la douce brûlure de l’alcool. J’écoute les roucoulements éhontés des ramiers, les trilles virevoltants des fauvettes babillardes, le sarcasme de la grive musicienne. Elle me serine, toujours avec la même chanson : « Alors ? alors ? tu fais quoi ? tu fais quoi ? tu fais quoi ? tu fais quoi ? tu calcules ? tu calcules ? tu calcules ? tu calcules ? tu calcules ? tu calcules ? tu calcules ? tu calcules ? ». J’abandonne la bouteille aux pissenlits, et je décide de consulter mon beau cerisier. Il me faut crapahuter parmi les orties et les ronces, mais cet arbre-là, c’est un compagnon qui se mérite, il ne se laisse pas approcher comme ça. Il me faut parlementer avec les jambes de mon pantalon, jouer le funambule doseur de ma propre force entre les nids-de-poule. Quand on atteint le pied de l’arbre, on a généralement la réponse à la question qu’on se pose. Sinon, on grimpe. Alors je grimpe. Le druide-arbre me tend ses ramures généreuses et je parviens sans effort à la cime. Là je peux m’asseoir, en m’accrochant aux dernières branches de mon compagnon de solitude. Le vent me souffle un acrostiche, que je reconnais comme le signe de mon renouveau. Je vais rester là, assise sur mon cul. Je vais élaborer un plan de bataille pour devenir celle que je sais être depuis toujours : une poétesse, qui plus jamais de sa vie n’acceptera de gagner sa croûte en faisant des flammekueches.