#Défi d’écriture : le partage !

#Défi d’écriture : le partage !

Bienvenue ! regardez bien la barre ci-dessous, tout y est !

Fil d’Ariane du forum – Vous êtes ici :AtelierPubliez vos textes #Défi d'écriture: #Défi d'écriture 44M524
Vous devez vous identifier pour créer des messages et des sujets.

M524

Le champ de particules vient d’être moissonné. La récolte a été bonne. Peu de déperdition. L’inondation radioactive a fait son office, le sol est à nouveau lisse et brillant, après la décrue.

A l’abri dans sa capsule pressurisée, tirée par 4 robots-chiens de traîneau, M524 fait un dernier scan du sol basaltique.

En longeant consciencieusement le fossé de régulation thermique, il aperçoit un dépôt suspect, sur l’un des trois cailloux peints qui marquent l’entrée du passage grillagé menant aux habitations infra-terrestres. Il arrête la capsule, revêt sa combinaison. Ouvrant le coffre situé sous l’assise du cockpit, il en extrait une minuscule planche de surf magnétique.

Il sort de la capsule, surfe prudemment vers la zone. Le caillou est maculé en son centre d’une glu rougeâtre. M524 découvre non loin de là un tube de dentifrice à la fraise éventré. Il sort un flacon de déodorant en pestant : encore un coup de ces délinquants de promeneurs du dimanche... Ils se croient malins à semer n’importe où des objets de l’ancien monde, comme ça, à perturber pour le plaisir l’homéostasie de l’atmosphère ? Il asperge méticuleusement le caillou, jusqu’à dissoudre complètement toute trace de cet obscur acte de vandalisme. Avec sa pince télescopique, il saisit le tube de dentifrice, le place dans un sachet qu’il ferme à l’aide d’un gros scotch brun. Il l’enverra au labo pour que ces enfants de badauds soient enfin identifiés, qu’on les mette hors d’état de nuire une fois pour toutes.

Il repart sur son minisurf. Pris d’un soudain vertige, il se hisse avec effort dans la capsule. Il s’écroule sur son siège, en proie à un sentiment étrange, inhabituel. Lui qui a été formé aux meilleures techniques de maîtrise de soi et de renonciation à la futilité, se sent envahi de bouffées de chaleur émotive. Avant qu’il ait pu déclencher le protocole d’auto-médication d’urgence, M524 est envahi de réminiscences vagues, du souffle d’un avant qu’il n’a pas connu, ou si peu...

Quand le monde du dehors était encore supportable, qu’on pouvait sortir nu à l’air libre sans crainte des radiations, de la brûlure du soleil...

La tête lui tourne, il a des hallucinations...

Un homme et une femme se promenant, main dans la main...

Quelle horreur, mais ils vont se rendre malades, il doivent arrêter tout de suite, maintenir au moins 3 mètres de distance !

Ils ont les pieds dans un liquide saumâtre, marchent pieds nus...

M524 sent une sueur froide lui couler dans le dos.

... dans ce qui semble être de la silice...

Une voix dans sa tête résonne, dans un bruit de disqueuse.

De toute façon, c’est toujours pareil, c’était bien mieux avant !

Paniqué, tremblant, il parvient enfin à appuyer, sur le bouton de commande au dos de sa main, qui libère dans ses veines une dose d’anxiolytique et d’amphétamines. Quelques minutes plus tard, il se sent tout à fait dispos. L’esprit à nouveau empli d’un vide bienfaisant, il rallume ses chiens et lance le programme de retour à la base.