#Défi d’écriture : le partage !

#Défi d’écriture : le partage !

Bienvenue ! regardez bien la barre ci-dessous, tout y est !

Vous devez vous identifier pour créer des messages et des sujets.

Expérience

Une souris verte, qui courait dans l’herbe... Tu parles d’une comptine à la con... ça fera un escargot tout chaud, c’est ça... Et mon cul, c’est du poulet frit ? L’oratoire précaution de l’attraper par la queue... j’en écume des bulles carrées, rien que d’y penser.

Je me souviens très bien du jour où, pour la première fois, j’ai entendu cette fallacieuse ritournelle. Ce jour d’infamie est gravé pour toujours dans ma mémoire d’escargot.

J’étais en train de trier mes crottes par taille. Oui, le dimanche je me fais volontiers classeur, quand d’autres malheureusement se font chasseurs... d’escargots... Bref, je triais, quand j’ai senti qu’on m’attrapait brutalement par la coquille.

Un type m’a trimbalé jusqu’à une salle pleine de gens, m’a posé dans un globe de verre. De l’autre côté de la paroi, dans une cage grillagée au plancher recouvert d’herbe, il y avait un spécimen assez dodu de Mus musculus, d’apparence assez commune, si ce n’est qu’il était d’une splendide couleur émeraude. Je déployai mes tentacules afin d’en savoir plus sur mon environnement, ses potentielles menaces. J’observai mon geôlier : vêtu d’une longue blouse blanche et d’une auguste barbiche, il s’adressait à un parterre d’énergumènes de même vêture, en un épouvantable galimatias que je puis résumer ainsi : il s’agissait de répondre à l’interrogation séculaire sur la capacité des Murinés de couleur verte à se transformer ou non en gastéropodes calorifuge, et, le cas échéant, si une telle transformation pouvait s’inverser. Tout cela me rendit pour le moins perplexe, jusqu’à ce qu’il entonne, avec un enthousiasme chevrotant, l’hérétique chansonnette.

Je me sentis gagné par une légère panique. Tel un gladiateur que l’on prépare à entrer dans la fosse aux lions, je fus placé dans une boîte sombre au-dessus d’un radiateur tiède. Je sentais mes pores se dessécher lentement. J’entendis alors mon bourreau saisir par la queue le malheureux rongeur, qui poussa de petits cris aigus, ensuite j’imagine qu’il le montra à ces messieurs, puisque j’entendis ensuite ces messieurs dire en chœur : « Trempez-la dans l’huile, trempez-la dans l’eau, ça fera un escargot tout chaud ! » De mon côté la chaleur commençait à me faire délirer, je me disais : mais qui va me prendre en pitié et me ramener au bled, c’est tous des fous furieux ici, pourvu que ce ne soit pas de ces sadiques Français qui torturent mes semblables en appelant cela de la gastronomie, paraît qu’il y en a qui poussent le vice à nous faire griller et à nous manger avec de la salade... sur un canapé... Je me mis à éructer toute la bave que je pouvais pour les dégoûter. Je suppose que le rongeur ne dut pas se montrer à la hauteur de leurs attentes, car au bout de longues minutes de ce supplice révoltant, je fus balancé, sans cérémonie ni ménagement, à travers la fenêtre du laboratoire. Fort heureusement, j’atterris en douceur dans une oasis gazonnée où je recouvrai peu à peu mes esprits, grâce à une pluie fine et délicieuse qui pansa ma carapace asséchée. Je repris ensuite le chemin du potager. Quelques feuilles de romaine plus tard, je recommençai tranquillement mon comptage scatophonique, essayant d’oublier pour un temps cette déplorable expérience.