#Défi d’écriture : le partage !

#Défi d’écriture : le partage !

Bienvenue ! regardez bien la barre ci-dessous, tout y est !

Vous devez vous identifier pour créer des messages et des sujets.

DEVANT ELLE, UN BOULEVARD

 

Elle n’avait à ce jour, plus aucune obligation professionnelle. Pas besoin de se pincer pour en être convaincue. C’était pour elle une évidence : l’heure de sa retraite venait de sonner. Ouf ! Je l’attendais ce jour. Il est bien là. Aussitôt, en fermant quelques instants ses yeux, l’image d’un boulevard immense lui apparut. Bordé de belles villas et d’une église majestueuse. Pas trop son genre, la religion. Loin d’elle l’idée de se sentir confite en dévotion comme dans la famille du côté de sa mère.

Allait-elle foncer sur cette large avenue ? Penser peut-être d’abord à réfréner son tempérament de feu. De l’action, de l’action, toujours de l’action. C’est cela qui avait jalonné son parcours de vie jusqu’à présent. Se poser, prendre le temps de la réflexion ?

Un sentiment contradictoire s’interposait à intervalles réguliers dans son discours intérieur. Comme pour brouiller les cartes de son nouveau plan de vie. Souffler, prendre le temps de voir venir : un vocabulaire de langue étrangère qu’elle ne comprenait pas bien.

Une collègue l’avait prévenue : tu vas avoir l’impression de ne plus habiter chez toi, te sentir à la fois celle d’avant qui s’accroche et pas encore celle à l’avenir tout tracé. Une situation bancale, un voyage particulier. Une aventure tout de même à préparer. Pas d’emballement. Pas d’embarquement immédiat pour le futur. Pas d’urgence.

Ne pas foncer tête la première. Tu sais, je sais de quoi je parle. La précipitation que j’ai vécue il y a deux ans m’a valu la chute idiote que tu connais. Presque un an de kiné. La posture de rééducation, ça me connaît. Bon, j’arrête là je ne veux pas te casser le moral, juste te donner un petit conseil de sagesse.

Déroutée à présent, elle chassa ses pensées, observa dans le miroir de la salle de bain sa tête de ce nouveau jour. Elle trouva son teint d’une couleur indéterminée. Un peu comme elle à cet instant là. Un petit coup de blush et de rouge à lèvre lui redonna le moral.

Sortir, retrouver sa bonne copine Louise pour un brunch à l’Aqueduc ?

Quel jour était-on ? Un peu en perte de repère, elle lut mardi sur son Smartphone. Normalement elle aurait dû être au boulot. Elle effaça vite ce mot. Puis vinrent automatiquement métro et dodo. Elle ne retint que le dernier. Tiens, je vais proposer à Louise de faire une soirée pyjama. Des souvenirs d’adolescence joyeuse lui revenaient amenés par un petit vent de malice.

 

Défi n°15, 6 avril 2020