#Défi d’écriture : le partage !

#Défi d’écriture : le partage !

Bienvenue ! regardez bien la barre ci-dessous, tout y est !

Vous devez vous identifier pour créer des messages et des sujets.

aux Buttes Chaumont

Le ciel est lourd, mais Alice insiste : « J’ai besoin de me réveiller après cette sieste. Elle était délicieuse. On va aux Buttes Chaumont ? J’ai besoin de voir de l’eau. C’est direct, on descend à Laumière ». Paul est un peu inquiet : « Il y a plein de nuages noirs, tu n’as pas peur qu’il pleuve ? ». Le sourire désarmant d’Alice le fait craquer un fois de plus !

Il ne reste que peu de monde sur les pelouses qui descendent mollement du coteau quand ils arrivent. Ils remontent le sentier, s’attardent sur la passerelle qui enjambe la cascade. Ils regardent les merles qui font leur numéro : ils passent à l’attaque pour chasser les moustiques tigres. Les premières feuilles dorées des acacias tombent dans le ruisseau, comme pour s’y noyer.

Le vent se fait plus insistant. Paul n’est pas tranquille. Il voudrait déjà rentrer.

- Pas déjà, je voudrais en profiter encore un peu. Demain, j’ai cet examen médical qui me stresse.

- Tu veux que je t’accompagne ?

- Si tu veux, mais ne te sens pas obligé.

- C’est à quelle heure ?

- 9h00, il faut partir avant 8h, c’est dans le 16ème, à l’autre bout de Paris.

- Je n’ai rien à faire demain. Je voudrais juste terminer le texte de la pétition sur les paysans qui pulvérisent près des cours d’eau, et pour corser le tout, ils ne respectent pas l’interdiction de le faire quand il y a du vent.

Alice aime quand il s’exalte ainsi. C’est pour cela qu’elle s’est attachée à lui.

À peine a-t-il prononcé ces mots que les rafales se font font plus insistantes. L’orage gronde au loin.

- Tu te souviens de la fois où nous étions en Creuse ? Le ciel était clair, tu dormais au bord du lac. C’est la puissance du vent qui t’a réveillée !

- Oui, c’est un de mes meilleurs souvenirs. On était bien dans cet hôtel. Les repas étaient un peu chers, mais c’était très bon.

La gourmandise d’Alice l’étonne toujours.

Il la tire par le bras :

- Viens, sois raisonnable, l’orage arrive. Il faut rentrer. Je te préparerai un apéro, dit-il pour la convaincre.

- Bon, d’accord !

Ils ont à peine le temps de redescendre, presque en courant, que l’averse arrive, violente. Ils n’ont pas pris de parapluie. Ils arrivent au métro trempés.

- J’espère que tu ne vas pas tomber malade.

Alice aime sa bienveillance.