Ode

Ode

Douleur déchire une à une les fibres au-dedans profond. Indicible prive de tout élan. Cloue une année sur l’autre et limite. Restreint. Tiraille sans fin.

Tenir encore… Pour qui, on ne sait plus vraiment. Pour quoi, on ne sait pas non plus. Soi même en n’en veut plus. On n’en peut plus.

Lourd. Éprouvant. Trop usant. Tout trop usant. L’insupportable tord les épaules. Blesse encore. Impossible à porter.

Bleus sous la peau à visiter l’horreur. Yeux grands fermés, revoir. Tout savoir. Souffle étouffé, échouer à perdre le fardeau.

Cervicales resserrées. Raidit le dos. Démet lentement le bassin. Engourdit la force. Éteint le cœur.

Éviter de penser aux moyens pour la fin. Prendre sur soi et repousser cette envie qui aspire. Considérer puis contourner. À bout de bras. Au bout de soi.

Obsédante. Éprouvante. Tuante. En appeler à l´arrachement de la tension. Lâchera sans doute jamais.

Lambeaux de soi. Fragments à l’éprouve. Errance au ventre.

S’amputer de sa propre existence tant tout y est plomb. Écrasement. Renoncer à prolonger l’algie constante.

Pourtant s’empêcher d’en découdre. Se dire qu’il faut tenir. Tenir encore un peu. Pas tout à fait le moment. Y croire cette fois encore. Pâtir de cette envie de partir.

Jusqu’où résister-reporter avant de recouvrer la liberté de soi ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *