Kinderzimmer

Kinderzimmer

Découvrir qu’il existait, à Ravensbrück, un bungalow pour les enfants nés au camp de concentration, une pouponnière où les mères allaitaient dans l’air glacial d’un hiver sans chauffage, un endroit où les cadavres des nourrissons dénutruis s’entassaient sans cérémoniel ; plonger dans l’enfer de l’enfermement et de ses humiliations, privation de liberté, d’hygiène de nourriture, de confort, atroce promiscuité ; voir les corps amaigris, décharnés, les poux se multiplier, le typhus se propager ; ne pouvoir s’empêcher de tourner les pages, tordre le nez, sentir ses yeux bordés de larmes ; se crisper d’effroi, rire ou tout du moins sourire à la sororité magnifiquement mise en scène, à l’humanité dans le désarroi qui tient, du mieux qu’elle le peut, soutient et encourage ; comprendre l’anéantissement par l’avilissement et demeurer impuissante…

Publié aux éditions Actes Sud, Kinderzimmer raconte une part de la vie de Mila, jeune femme arrêtée pour contribution à la résistance, déportée au camp des réfugiées politiques. C’est la Seconde Guerre mondiale et la folie destructrice qui embarque Mila, une femme comme les autres, sans courage particulier ni engagement marqué. Et pourtant, une force de vie, une conviction qui en appelle à la suite, à l’après, un impossible renoncement.

Dans le roman très tenu de Valentine Goby, l’écriture est tantôt factuelle, tantôt lyrique et enlevée, tantôt colérique et dénonciatrice. Ce livre documenté sert un extraordinaire travail de mémoire, un magnifique hommage à celle qui a inspiré le personnage de Mila.

Une réaction au sujet de « Kinderzimmer »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *